Quand une société de taxi ostendaise soutient le football d’entreprise

Tout le monde a déjà entendu parler du FC Barcelone ou du Real de Madrid. Mais, dans la compétition inter-entreprises qui se déroule en Flandre occidentale, existe une équipe répondant au nom de FC Taxi OTO/Hit FM. Celle-ci joue depuis au moins quatre ans dans le football d’entreprise de la région Brugge/Kust. Taxilive est parti à sa rencontre et a le plaisir de vous la présenter.

En haut, de gauche à droite : Lesley Deckmyn, John Bourry, Steve Neels, Tim Lamote, Dennis Boenders et Randy Coulier. En dessous, de gauche à droite : Nick Deflou, Gilles Steen, Arne Lingier, Davy Nijs, Maxim Sesier et Michaël Rouzée.
En haut, de gauche à droite : Lesley Deckmyn, John Bourry, Steve Neels, Tim Lamote, Dennis Boenders et Randy Coulier.
En dessous, de gauche à droite : Nick Deflou, Gilles Steen, Arne Lingier, Davy Nijs, Maxim Sesier et Michaël Rouzée.

Le club a été fondé par un groupe de chauffeurs de taxi et a pu compter dès ses débuts sur le soutien de l’entreprise OTO Taxi. Dix ans plus tard, les chauffeurs de taxi ont cédé le flambeau à une nouvelle génération de footballers. Sans que le lien avec le monde du taxi ne disparaisse pour autant.

Johan Rousselle, l’actuel président du club, est aussi le propriétaire de Taxi OTO. Il a foulé le terrain en tant que joueur et s’occupe aujourd’hui encore du sponsoring et du partenariat. « Lors d’événements où toute l’équipe répond présent, notre président met ses véhicules à notre disposition », nous confie Arne Lingier, secrétaire du club. « C’est très impressionnant lorsque nous arrivons à 30 joueurs dans différents taxis. »

L’équipe actuelle compte une quarantaine de membres, avec une moyenne d’âge comprise entre 25 et 35 ans. Un système de rotation fait en sorte que tout le monde puisse avoir suffisamment de temps de jeu. Le niveau sportif du club est loin d’être mauvais ces dernières années. « Il y a deux ans, nous avons été sacrés champions et promus au plus haut niveau du football d’entreprise. Il y a toujours une ambition saine d’évoluer dans le top-5, mais le plaisir et le fait de jouer ensemble priment naturellement toujours sur les résultats. »