Les applis taxi ont conquis la Belgique et bientôt le monde

« Je suis toujours aussi étonné que tant de personnes ne connaissent pas les applis taxi », dit-il. « On veut peut-être juste continuer à croire ce mythe selon lequel le secteur des taxis ne vit pas avec son temps. »

Lui, c’est Peter, un trentenaire vivant à Bruxelles et prenant régulièrement un taxi pour rentrer de soirée. « Avant, je vivais dans le centre et à ce niveau-là c’était assez pratique, il me suffisait de rentrer à pied. Maintenant que j’habite dans la périphérie de Bruxelles, je dois pouvoir compter sur une alternative fiable aux transports en commun. »

Peter utilise eCab. Grâce à cette application sur son smartphone, il peut indiquer où il se trouve et en un clic réserver un taxi. Il a également la possibilité de suivre le trajet de son chauffeur et, à la fin de la course, évaluer le service et payer. Quelque 1 100 chauffeurs de taxis bruxellois sont déjà reliés à ce genre d’application. Et les chiffres ne mentent pas : avec un taux de satisfaction moyen de plus de 4,5 (sur 5), tant pour le service que pour le chauffeur, on ne peut nier que taxis et applis sont très appréciés.

Les applis taxi sont aussi utilisées dans d’autres villes belges, comme à Anvers, où eCab côtoie taxi.eu.

L’avantage de ces applications, c’est que de nombreuses compagnies de taxis et de chauffeurs y sont connectés dans d’autres villes européennes. Ainsi, plus de 62 000 taxis européens sont joignables via taxi.eu, qui est disponible dans plus de 100 villes européennes, et qui compte plus de 3,5 millions d’utilisateurs actifs. L’appli eCab s’internationalise aussi et est aujourd’hui disponible au Canada et bientôt en Inde.

D’ici quelque temps, vous pourrez réserver un taxi, où que vous soyez dans le monde, grâce à une application locale. Grâce au Global Taxi Network, les taxis du monde entier développent des normes de qualité et des interconnections entre les applications, afin d’offrir la meilleure expérience possible aux clients.

« Ces applications sont utiles, tant pour les chauffeurs que pour les clients », explique Evelyne, employée d’un opérateur de taxis. « Nous devons cependant rester joignables pour tout le monde, que ce soit par téléphone ou via les places fixes qui nous sont réservées. Finalement, nous sommes aussi la solution la plus facile pour les personnes qui se déplacent difficilement à pied. Elles aussi peuvent profiter des évolutions technologiques : celles sur lesquelles se basent les applications, comme la géolocalisation du client et du taxi, nous permettent d’envoyer le chauffeur le plus proche et de pouvoir indiquer précisément au client à quel moment celui-ci arrivera. »

Pour plus d’informations : http://www.taxi.euhttps://www.e-cab.comhtt https://www.iru.org/en_global_taxi_network